Le premier tome de Moving Forward

Salut tout le monde !
Aujourd’hui je vais vous donner mon avis sur le premier volume de la série « Moving Forward » de Nagamu Nanaji.

J’ai découvert ce manga grâce à une personne qui travaille à la librairie du coin. D’ailleurs je remercie grandement cette personne qui m’a permis de découvrir un manga surprenant que je n’aurais jamais lu si elle ne m’avait pas donné son avis à propos de ce même livre. Sans plus attendre, voici le speech de l’éditeur ainsi que les raisons qui font que ce manga m’a surprise, dans le (très) bon sens du terme:


Pour commencer, voilà, de mon point de vue, LE point fort de ce livre : même si c’est un shojo et qu’il respecte les codes du shojo, il brise quelques clichés du genre : l’héroïne n’est pas une fille fragile, mignonne, adorable et naïve que l’on retrouve dans 80% des shojo, mais une fille qui a du caractère, qui assume sa personnalité, qui est créative et un peu garçon manqué sur les bords. J’aime beaucoup cet aspect du personnage principal : Kuko.

Les autres personnages sont aussi bien construits et possèdent une identité propre.

Outa, étuidiant en art, est une personnage sympathique mais mystérieux, attirant ainsi notre curiosité.

Il y a aussi Kiyo, le voisin et ami de Kuko. Ce garçon est un personnage drôle et gentil, ce qui est appréciable face au caractère quelque peu pessimiste d’Outa.

Ibu, la meilleure amie de Kuko est aussi un personnage qui a beaucoup d’humour. Elle et ses théories farfelues basées sur les mangas shojo m’ont bien fait rire.

Enfin il y a un inconnu. Oui, j’ai bien dit : un inconnu. N’empêche que cet inconnu est drôlement acariâtre. Ce garçon, qui vient d’emménager dans le même quartier que Kuko et les autres, est très désagréable. Mais ça ne l’empêche pas d’avoir raison de temps en temps (bien que ca me fasse mal de l’admettre vu qu’il m’énerve!!).

Sinon le cadre est très sympathique : les décors sont beaux et les photos de Kuko donnent envie de visiter la ville de Kobe ou se déroule l’histoire.

Un aspect très intéressant du manga est aussi l’art, qui est très présent. Entre les photos que publie Kuko sur son blog, les tableaux d’Outa ou l’inconnu qui joue du saxophone, il y en a pour tous les goûts.

Je suis pressée de lire le second volet de cette série car le suspens planne. Comment la mère de Kuko est-elle morte ? D’où vient la mélancolie qui caractérise Outa ? Comment se nomme l’inconnu ? Pourquoi a-t-il emménagé à Kobe ? Quel est ce mystère qui semble lier les personnages ? Tant de questions dont les volumes suivant devraient apporter les réponses.

Le dessin est magnifique, les personnages sont très expressifs, les paysages sont éblouissants et le coup de crayon de l’auteure permet au lecteur de plonger pleinement dans l’intrigue.

Moralité, bien que ce manga ne semble pas être le livre du siècle, il reste un très bon moment de lecture et il vaut le détour, sincèrement.

Et vous, avez-vous lu ce manga ?

Si oui, qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s