Kaori Yuki : séries

Hello tout monde !

Aujourd’hui j’écris un article un peu particulier : je vais vous présenter différentes séries d’une même mangaka que j’apprécie tout particulièrement. J’ai nommé : Kaori Yuki. J’avais déjà parlé de l’un de ses manga (le dernier qu’elle a fait paraître), Alice in Murderland, qui m’a permis de découvrir son œuvre, ainsi que dans l’article précédent sur ses one-shots. Là tout de suite, je vais présenter les séries Angel Sanctuary, God Child et Ludwig Fantasy. Dans ses mangas, elle revisite légendes et mythe avec une identité propre. On redécouvre divers personnages bien connus, mais elle parvient aussi à créer des histoires de toutes pièces, notamment dans Le Parfum et Boy’s Next Door.


:

Dans cette série, on a Setsuna qui est amoureux de sa sœur, Sara. Première galère. Malheureusement pour lui, c’est loin d’être son seul problème. Il est aussi la réincarnation d’un ange déchu surpuissant recherché par ses amis démons, son frère l’ange et toute sa bande. En plus, il y a aussi de méchants anges qui ne veulent pas de son retour mais préfèreraient le tuer histoire de se débarrasser une bonne fois pour toutes d’Alexiel, l’ange qui se cache en lui.

J’ai lu les quatre premiers volumes de cette série, et je dois dire que l’idée est originale. Au début, je trouvais cette histoire d’inceste carrément glauque, mais dès le début de l’histoire, ce côté désagréable disparaît totalement. Setsuna et Sara se connaissent depuis qu’ils sont enfants mais n’ont jamais vécu ensemble, leur relation n’est pas celle d’un frère et d’une sœur, c’est très étrange. Mais quelque part, cette romance punie par la religion colle bien avec le caractère d’Alexiel qui s’est faite virer du paradis après avoir fricoté avec les démons. On redécouvre le Paradis et l’Enfer d’un œil neuf.


Cette série est intéressante mais c’est tout de même les livres que j’ai le moins apprécié de tous ceux que je vais vous présenter, bien que je les apprécie beaucoup. Le dessin est beau comme d’habitude, mais moins évolué que dans Alice in Murderland. L’autre inconvénient de cette série, c’est sa longueur : 20 volumes. Je sais que ce ne sont pas les 72 tomes de Naruto, mais ça fait quand même beaucoup. Alors si vous avez la place pour ranger et le budget, je conseille. Ou si vous avez de la chance, il sera dans votre bibliothèque. Le seul problème que vous rencontrerez (peut-être) c’est de trouver le manga, car il n’est malheureusement plus publié. Alors bon courage pour le trouver d’occasion mais honnêtement, il se trouve assez bien et beaucoup plus facilement que les autres livres de cet article. Si vous les cherchez, je vous conseille Amazon, Chapitre, ou en dernier recours, EBay. Sinon, peut-être trouverez-vous une boutique près de chez vous, par exemple : Momie Mangas à Lyon, Grenoble, Annecy, Clermont-Ferrand, Dijon et Metz ou Mangaya à Bourg en Bresse.

God Child :

Je n’ai pour l’instant lu que le premier volume, mais je peux vous assurer que cette série est absolument incontournable. C’est la suite de Comte Cain (que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire, je suis tombée sur God Child avant). Malgré tout, on peut lire la série sans avoir lu Comte Cain. Ici, nous sommes plongés dans Londres au XIXème siècle, dans l’aristocratie sous la reine Victoria.

Résumé de l’éditeur :

 

Le comte Cain est un étrange personnage. Il est à la fois intelligent et débrouillard, mais aussi froid et distant avec tout le monde sauf peut-être Marywheather, sa demi-soeur, dont il s’occupe depuis la mort de son père. Paradoxalement, il emble avoir du mal à la comprendre. En effet, Mary est très mature pour son âge et est caractérisée par une rare intelligence.

Autour de Cain, les incidents étranges se répètent, entre enlèvements et meurtres glauques, notre comte n’a pas de quoi s’ennuyer. C’est le point fort de ce manga : la nature humaine y est détaillée au travers de tous ses vices. On rencontre des personnages fous, sadiques et pourris jusqu’à la moelle. L’auteure dépeint des gens tous plus névrosés les uns que les autres, créant une sorte de suspens un peu flippant.

Le dessin est magnifique et richement détaillé, ce qui est très agréable dans une série victorienne.

Malheureusement, celui-ci non plus n’est plus commercialisé, et plus compliqué à trouver que les autres. Alors courage et même méthode que pour ses prédécesseurs.

 

Ludwig Revolution :

Cette fois, j’ai lu la série entière. Premier point fort : du haut de ses quatre tomes, elle n’est pas trop longue (mais pas trop courte non plus). Dans cette série, c’est dans l’univers des contes de Grimm que nous envoie Yuki. De Blanche Neige à la princesse du sel en passant par Raiponce, de nombreux contes plus ou moins connus sont revisités.

Une fois encore, les diverses parties de l’histoire sont racontées un peu comme des nouvelles, avec des sortes de chutes à la fin.

Mais la grosse surprise, ce sont les personnages : ils sont tous très différents de ceux des contes originaux. Entre une Blanche Neige méchante et égoïste, un Petit Chaperon Rouge sanguinaire et une Belle au Bois Dormant très garçon manqué, on ne s’ennuie pas. Au travers de ce large panel de personnalités, une fois de plus, l’auteure explore tous les défauts de l’être humain. La jalousie, l’orgueil, l’égocentrisme, la bêtise, nombre de caractères ici représentés de façon plus ou moins exagérés. Parfois, les défauts des personnages sont tellement accentués qu’ils en deviennent ridicules créant des situations particulièrement comiques    . Mais ces critères ne s’appliquent pas seulement aux princesses mais aussi aux différents princes, aux méchantes belles-mères et aux méchants pères. En fait, toutes les personnes qui composent ce livre sont détestables à différents degrés.

Ludwig et son valet, Wilhelm, sont les fils conducteurs entre les diverses histoires. Ludwig est beau prince un peu taré. Plutôt intelligent, mais quand même assez bizarre et farfelu. Il est un peu narcissique aussi. Mais pas méchant : il essaye toujours d’être juste et d’aider ceux qui en ont besoin. Il rencontre les princesses dans sa quête de la femme idéale. Mais Monsieur est compliqué, alors trouver une princesse qui lui convient n’est pas une mince affaire. Surtout que sa belle-mère essaie de le destituer du trône en son absence. Tout ceci s’annonce donc très compliqué et on le suit dans un périple très original.

De toutes les séries présentées dans cet article, celle-ci est sûrement ma préférée. Malheureusement, elle n’est plus publiée, elle non plus. Encore une fois, bonne chance pour le trouver d’occas’.

Voilà, cet article est terminé ! Alors, quelle est votre série préférée de Kaori Yuki ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s